Topographie cornéenne

La chirurgie réfractive fait référence à l’ensemble de techniques chirurgicales intervenant sur les éléments responsables de la réfraction de la lumière au sein de l’œil. Très fréquemment pratiquée en France (plus de 300 000 patients par an), la chirurgie réfractive est une solution très efficace et peu invasive pour se débarrasser définitivement des différents troubles de la vue.

Topographie cornéenne paris - topographie oculaire | Institut Voltaire | Paris

Qu’est-ce que la topographie cornéenne ?

Située sur la partie antérieure du globe oculaire, la cornée est un tissu transparent composé de nombreuses couches (épithélium, membranes, stroma, endothélium) qui assure la réfraction de la lumière. Avec le cristallin, c’est elle qui assure la transmission des faisceaux lumineux sur la rétine. Une cornée déformée est souvent liée à des troubles de la vue, que la topographie cornéenne permet de dépister.

La topographie cornéenne consiste à analyser la forme de la cornée et d’en analyser la courbure et le relief. Il s’agit de projeter un faisceau lumineux ou des mires lumineuses concentriques sur la cornée, avant de prendre des photographies numériques de l’image reflétée. L’appareil calcule alors la courbure selon la déformation des mires, induite par la géométrie naturelle de la cornée. Ces clichés sont ensuite analysés par un logiciel informatique spécialisé. L’utilisation d’une topographie cornéenne permet d’évaluer les différentes caractéristiques morphologiques de la cornée, comme la courbure antérieure et postérieure ainsi que l’épaisseur (la pachymétrie).

Quel est l’intérêt de la topographie cornéenne ?

La topographie cornéenne est très utile pour mener un dépistage précis des différents troubles de la vue. Elle est particulièrement indiquée pour dépister et surveiller l’astigmatisme cornéen, ainsi que les différentes pathologies de la cornée. Selon les besoins, différentes méthodes peuvent être appliquées :

  • La topographie cornéenne à balayage (Orbscan). À l’aide de fentes lumineuses, le praticien mène un balayage optique de la cornée afin de reconstruire le volume cornéen. Cela permet d’étudier le relief antérieur et postérieur de la cornée. Elle est intégrée avec un disque placido pour évaluer sa courbure (puissance dioptrique)
  • La topographie par caméra rotative de type Scheimpflug (Pentacam AXL). Il s’agit d’utiliser un topographe doté d’un système de caméra pour mesurer à la fois l’épaisseur et l’élévation de la cornée. Elle est composée de 2 caméras : une caméra statique et une caméra dynamique. Ce topographe est très précis pour l’épaisseur de la cornée. Il est associé à un biomètre permettant de réaliser les calculs d’implant avant chirurgie de la cataracte.

Ces topographes sont souvent combinés pour permettre une analyse fine et précise de la cornée assurant ainsi une prise en charge optimale pour les patients.

Les résultats de la topographie sont rendus sur des cartes colorimétriques. Celles-ci traduisent la courbure et le relief de la cornée à l’aide de couleurs chaudes et froides. Des indices numériques permettent également d’analyser les résultats avec plus grande précision.

L’examen est indolore, non invasif et très rapide. Il ne dure que quelques secondes et ne nécessite aucune préparation particulière. Il n’y a aucune contre-indication à la réalisation d’une topographie.

À quoi sert la topographie cornéenne pour la chirurgie réfractive ?

La topographie cornéenne participe au bilan préopératoire avant toute chirurgie réfractive. Elle permet notamment de vérifier les indications et d’assurer l’éligibilité du patient. En effet, il est très important de savoir identifier toute contre-indication à la procédure, car la chirurgie réfractive modélise et donc change la morphologie et les mécanismes cornéens.

La topographie permet donc de dépister les anomalies cornéennes, comme la présence d’une cornée fine, ou encore d’un kératocône, une dystrophie de la cornée épithéliale ou endothéliale, une évaluation de la profondeur de cicatrice de la cornée, etc.

En chirurgie réfractive, l’examen des cartes topographiques est nécessaire pour valider l’indication opératoire du LASIK. Cette technique nécessite une cornée suffisamment épaisse pour ne pas s’exposer au risque de complications. En effet, le LASIK reste le traitement le plus confortable pour le patient mais fragilise plus la cornée. Il faut que l’ensemble des examens complémentaires et le style de vie des patients concordent avec une indication pour réaliser un LASIK ou un PRESBYLASIK.

À défaut, ou doute ou contre indication absolue, le patient sera orienté vers des techniques moins invasives et plus adaptées, comme la PKR et la TransPKR. Le résultat sera identique au LASIK en revanche les suites opératoires seront plus douloureuses avec une récupération progressive. En cas de kératocône avéré, des traitements lasers fonctionnent et peuvent être associés à un cross linking.

Par la suite, cet examen est répété après toute chirurgie réfractive, afin d’étudier l’évolution des suites opératoires et assurer un résultat cohérent avec les indications.