Hypermétropie

L’hypermétropie est un trouble de la vue, liée à une vision floue de loin et de près. Ce phénomène est la conséquence d’une anomalie dans le fonctionnement du cristallin et de la cornée. Plusieurs solutions sont à disposition pour corriger ce problème.

Qu’est-ce que l’hypermétropie ?

L’hypermétropie n’est pas une pathologie, mais un trouble visuel. Elle est l’inverse de la myopie, dans la mesure où l’œil n’est pas assez puissant et focalise les rayons lumineux à l’arrière de la rétine, au lieu de la rétine même. Par conséquent, l’image perçue devient floue.

Quels sont les symptômes de l’hypermétropie ?

Les symptômes varient en fonction du degré d’hypermétropie. En cas d’hypermétropie modérée, une personne jeune peut compenser ce trouble en augmentant l’accommodation, c’est-à-dire la contraction du cristallin, afin de focaliser les rayons lumineux sur la rétine même, et ainsi « faire le point ». Cet effort peut induire une fatigue visuelle, et des maux de têtes.

Dans beaucoup de cas, l’hypermétropie n’est pas identifiée avant la quarantaine. À cet âge, le cristallin se rigidifie et perd sa capacité d’accommodation. C’est alors que les difficultés de vue deviennent plus apparentes. En cas d’hypermétropie forte les capacités accommodatives du cristallin sont dépassées et la vision est floue de loin et de près, nécessitant le port d’une correction optique.

A quoi est dû ce trouble de la vision ?

L’hypermétropie est la conséquence de deux phénomènes : un œil trop faible (pas assez convergent) et un œil trop court. Ainsi, lorsque le globe oculaire capte un signal lumineux, celui-ci n’est pas correctement transmis à la rétine par la cornée et le cristallin.

Qui est touché par de l’hypermétropie ?

L’hypermétropie est d’ordre physiologique dès la naissance. Les enfants en sont très fréquemment atteints car leurs yeux ne sont pas suffisamment développés, et le globe oculaire est trop court. Ce trouble de la vue s’estompe normalement avec la croissance, lorsque les yeux grandissent. Il arrive cependant que l’hypermétropie persiste, sous des formes plus ou moins intenses. Auquel cas elle est souvent associée à une forme de strabisme convergent.

Facteurs de risque de l’hypermétropie

L’hypermétropie est héréditaire et se manifeste dès la naissance. Si elle ne disparaît pas avec l’âge, elle reste avec le sujet toute sa vie. Différents facteurs peuvent aggraver les symptômes de ce trouble visuel, notamment les efforts intenses d’accommodation : la lecture, et les écrans, accentuent les douleurs et les fatigues visuelles.

Comment prévenir l’hypermétropie ?

Il est impossible de prévenir l’hypermétropie. Si elle est forte, elle doit impérativement être prise en charge dès l’enfance, au risque sinon de développer un strabisme ou une amblyopie.

Comment évaluer le degré de l’hypermétropie ?

À cause de son caractère initialement asymptomatique, il est souvent difficile de diagnostiquer une hypermétropie, surtout chez les jeunes. L’examen de la réfraction n’est dans ce cas pas suffisant. Il est fortement recommandé de faire appel à un ophtalmologue pour mener un test avec un collyre paralysant les mouvements du cristallin pendant quelques heures et prévenant toute accommodation.

La force de l’hypermétropie est alors mesurée en dioptries, en fonction de la correction requise. Une hypermétropie de +0.25 à +2.50 est considérée faible, de +2.50 à +6.00, elle est jugée moyenne, et elle est considérée forte au-delà de +6.00.

Comment corriger l’hypermétropie ?

Il est possible de corriger l’hypermétropie à l’aide de lunettes. Il s’agit alors de verres sphériques convexes dont la fonction est de focaliser les rayons lumineux sur la rétine. De même, des lentilles convexes (avec un bord plus fin que le centre) ont un effet similaire.

Il est également possible d’avoir recours à la chirurgie réfractive.

Différentes techniques peuvent être utilisées :

  • Le LASIK (Laser-Assisted in situ Keratomileusis). Cette technique consiste à pratiquer une incision sur le globe oculaire afin de soulever le volet cornéen superficiel et révéler le tissu stromal (un tissu conjonctif formé de fibres de collagène). Le chirurgien applique ensuite un laser pour sculpter et remodeler la cornée selon les besoins. Le volet cornéen est ensuite refermé.
  • La PKR (Photo Kératectomie Réfractive). Cette opération permet elle-aussi de remodeler la cornée. Cependant, au lieu d’inciser le volet cornéen, le chirurgien enlève l’épithélium, avant d’appliquer le laser. Les cellules épithéliales se reconstituent ensuite en l’espace de cinq jours.