Quels sont les signes de la presbytie ?

Publié le 24 août 2022 .

Troubles de la vue

De nombreuses personnes souffrent de la presbytie. Ce trouble de la vue, lié à l’âge, se manifeste par des difficultés à voir de près. La force de la presbytie évolue avec le temps : elle provoque d’abord des sensations d’inconfort, et peut devenir progressivement handicapante. En conséquence, il est important de savoir identifier les symptômes de la presbytie, afin de pouvoir choisir les techniques de correction les plus adaptées.

Qu’est-ce que la presbytie ?

Issu du terme grec presbytos, qui signifie « âgé », la presbytie est un trouble de la vue lié au vieillissement naturel de l’œil. Plus précisément, il s’agit d’une rigidification du cristallin. Ce dernier est une lentille convexe, située dans le segment antérieur du globe oculaire. Avec la cornée, le cristallin assure la réfraction de la lumière jusqu’à la rétine. Il dispose également d’une fonction accommodative, c’est-à-dire qu’il permet à l’œil de « faire le point », pour voir clair à toutes les distances.

Le cristallin cependant se rigidifie avec l’âge. Il devient alors moins élastique et ne peut changer correctement sa courbure. Il devient alors plus difficile d’accommoder sa vision, et on constate des difficultés à voir de près.

Qui peut être touché par de la presbytie ?

Tout le monde est touché par la presbytie. Le phénomène de rigidification du cristallin commence dès l’adolescence, mais les symptômes deviennent visibles à partir de 40 ans. La force de la presbytie s’accroît avec l’âge. On mesure cette force en dioptries, qui évoluent ainsi : +0,50 à partir de 45 ans, +1,50 à partir de 50 ans, +2 à partir de 55 ans, +3 à partir de 60 ans.

Comment savoir si j’ai de la presbytie ?

La presbytie se manifeste surtout par une difficulté à voir de près, notamment lors de la lecture, ou en regardant un écran. Elle peut également se manifester par des céphalées et une forte fatigue oculaire, liées aux difficultés d’accommodation.

De plus, la presbytie se manifeste de façon différente selon les personnes affectées. Les sujets hypermétropes sont plus précocement affectés que la moyenne. Au contraire, la myopie compense souvent la presbytie, qui devient plus difficile à détecter sans examen médical.

Il est recommandé de faire régulièrement appel à un ophtalmologue ou un orthoptiste pour vérifier la qualité de votre vision, surtout à partir de 40 ans, afin d’identifier les premiers signes de presbytie. Un simple test de réfraction suffit. Cet examen consiste à interposer des verres de puissance variable devant l’œil, pour assurer une meilleure qualité de vision, avant de présenter un texte de près, pour évaluer la force de la presbytie. Il est recommandé de suivre cet examen tous les deux ans.

Comment soigner la presbytie ?

Différentes solutions sont proposées pour soigner la presbytie. Le choix de la technique a lieu en fonction du premier examen médical, du diagnostic et des attentes du patient. Le praticien, par ses conseils, accompagne chaque étape du traitement.

La solution la plus courante est le port de lunettes correctrices. Dans certains cas, il est possible de porter des verres progressifs : le haut du verre permettra ainsi de voir de loin, et le bas permettra la correction de la presbytie. Cette approche est recommandée aux personnes souffrant d’autres troubles de la vue, comme l’hypermétropie, l’astigmatisme ou encore la myopie. Il faut cependant compter un temps d’adaptation, car le port de verres progressifs est parfois mal supporté par certains patients.

La presbytie peut également être corrigée par la chirurgie réfractive. Cette approche peu invasive garantit des résultats efficaces et durables. Il est possible d’avoir recours à différentes techniques :

  • La chirurgie laser (LASIK, PKR et TransPKR). Cette approche consiste à soulever ou détruire la couche superficielle de la cornée, avant de remodeler cette dernière à l’aide d’un laser excimer. La correction apportée permettra de compenser la rigidification du cristallin.
  • La chirurgie du cristallin. Très simple et peu invasive, cette méthode consiste à retirer le cristallin pour le remplacer par un implant multifocal, qui assure une meilleure qualité de vision, de près comme de loin.

Article rédigé par l'Institut Voltaire

Équipe spécialisée en chirurgie réfractive, l’Institut Voltaire vous renseigne sur les différents troubles de la vue et les techniques de chirurgie réfractive & laser.

À lire également :